Category Archives: L’école

La pédagogie W : le Pitch and Prod.

Par | L'école | Aucun commentaire

Dans la pédagogie de l’école W nous vous présentons l’exercice du « Pitch and Prod », utilisé à trois reprises au cours de leur première année. Il s’agit d’un travail qui consiste à analyser une oeuvre avec un oeil méthodique et critique. Le « Pitch&prod » prend la forme d’un rapport écrit, que les étudiants doivent ensuite pitcher à l’oral devant un jury.

 

La pédagogie W : le mode projet

Par | L'école | Aucun commentaire

A l’Ecole W, les étudiants acquièrent leurs compétences en réalisant des projets concrets. Une façon de travailler qui permet aux apprenants de développer leur autonomie, de mettre à l’épreuve leurs compétences, et, à terme de formuler eux-mêmes ce dont ils ont besoin en terme d’encadrement pour aboutir à leur projet.

 

DSC_0002 (1)

« Déclic » : comment est née l’émission politique des étudiants W

Par | L'école | Aucun commentaire

Une quinzaine d’étudiants de l’École W ont lancé en janvier leur propre média 100% vidéo, pour éveiller à la politique les membres de la génération Y qui aimeraient mieux s’immerger dans l’élection présidentielle. Nommé Déclic, il est présent uniquement sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Snapchat, Instagram). Une grande émission par mois est au programme. 

Les jeunes ne prennent plus le temps de s’informer en dehors de la sphère digitale et sont fâchés avec la politique. C’est de ce constat que les quinze étudiants de l’École W sont partis pour lancer « Déclic ». Sous l’impulsion de Fabien Marchesini, ils ont réunis leur talents et pris beaucoup de temps pour créer un média jeune, dynamique et engagé contra la déconnexion des primo-votants pour la politique. Fabien Marchesini décrit Déclic comme « un projet ambitieux qui veut réconcilier les jeunes et la politique en proposant des vidéos pédagogiques et décalées ». 

La stratégie éditoriale n’était pas au programme de leur première année, mais après quelques sessions anticipées, la direction a estimé que la fine équipe pouvait faire le grand saut.

La première émission, tournée dans le studio télé du 210 rue du Faubourg Saint-Antoine, au sein des locaux du CFJ et de l’École W, est sortie lundi 16 janvier sur Youtube. Elle avait pour premiers invités Guillaume Meurice, humoriste et chroniqueur à France Inter et Benjamin Lucas, président du Mouvement des Jeunes Socialistes.

DSC_0085 (1)

Les étudiants W aux côtés de Guillaume Meurice et Benjamin Lucas lors du tournage de la première émission.

 

Déclic, c’est également des Facebook Live. Les deux premiers ont été réalisés durant les meetings d’Arnaud Montebourg et de Benoît Hamon, mais également des interviews, des tutos didactiques dessinés, et une quotidienne Snapchat.

L’école W, dont la pédagogie est axée autour du mode « projets », offre à ses étudiants des journées d’autonomie pour développer leurs compétences acquises au cours des sessions précédentes ou porter à maturité leurs propres projets éditoriaux. Pour Fabien Marchesini, Déclic « c’est aussi l’occasion pour les étudiants de mettre ce qu’ils apprennent en cours à l’épreuve du terrain et de se lancer dans le grand bain médiatique sans attendre ».

Pour suivre Déclic :

F_icon.svg     twitter-logo-final    Instagram_App_Large_May2016_200      tag-snapchat-tag-1049721     YouTube_Play

Bien s’orienter : les bons conseils d’Emilie Chapuis

Par | L'école | Aucun commentaire

 

« Quelque chose qu’on aime faire, qu’on sait faire, et qui crée de la valeur pour la société ». Ce sont les trois dimensions que doivent posséder le métier qui nous correspond selon Emilie Chapuis, fondatrice de l’agence Strategy Scenarists et co-fondatrice de l’école W. Dans le cadre de l’évènement « O21, s’orienter au XXIème siècle« , organisé par Le Monde, Émilie Chapuis vous livre ses conseils et outils d’aide à l’orientation.

 

Newsletter W – décembre 2016

Par | L'école | Aucun commentaire

Chaque mois, recevez la newsletter de l’École W. Au programme de la dernière newsletter de l’année 2016 : les rencontres des Mercredis W et la journée portes ouvertes du 21 janvier, l’inauguration des nouveaux locaux, l’enseignement de la culture Gé à W et le Mannequin Challenge.

 

Venez nous rencontrer lors de la journée portes ouvertes le 21 janvier… 

img_7309
 L’École W vous ouvre ses portes le 21 janvier 2017. À partir de 13 heures, vous pourrez visiter nos locaux, rencontrer l’équipe pédagogique et les étudiants de la première promotion. Nous nous ferons un plaisir de répondre à l’ensemble de vos questions.
Plus d’informations à venir début janvier sur notre site.

 

… ou un mercredi, celui que vous voulez 

img_1487

Si vous n’êtes pas disponibles le 21 janvier, vous pouvez vous rattraper n’importe quel mercredi (hors vacances scolaires). Chaque semaine, nous vous recevrons à votre demande à partir de 17h30.
Si vous êtes intéressé(e)s il vous suffit de prendre rendez-vous par mail à contact@ecolew.com en nous indiquant quel mercredi vous souhaitez venir nous rencontrer.

 

« Ici, on parle de projet ou de flash mission ».
Le reportage de l’Étudiant à l’École W

Version 2

L’Étudiant.fr a réalisé un reportage au sein des locaux du 210 rue du Faubourg Saint-Antoine, sur l’École W et sur sa première promotion. Le média spécialisé dans les études supérieures a effectué un vrai travail de terrain et a eu l’excellente idée de beaucoup donner la parole aux étudiants. Le reportage est à lire ici.

 

« Apprendre à s’informer sans complexe ».
La culture Gé à l’École W

14713656_699911826824720_3927240220280668283_n-1

Frédéric Béghin, Mentor W en Culture générale, revient dans notre blog sur la particularité de cet enseignement à l’École W. S’informer sans complexe, savoir aller chercher les bonnes informations, les utiliser et les restituer proprement, exercer son sens critique… tels sont les savoir-faire mis en oeuvre dans notre pédagogie. Découvrir l’article.

 

210 : nous avons coupé le ruban ! 

Version 2

Le 29 novembre dernier, le CFJ et l’École W ont eu le plaisir d’inaugurer le 210, rue du Faubourg Saint-Antoine, la nouvelle adresse de leurs locaux, en présence de la maire du 12ème arrondissement, Catherine Baratti-Elbaz, de la conseillère régionale d’Île-de-France, déléguée spéciale auprès de la présidente en charge des campus des métiers, Charlotte Baelde, et de la directrice du CFA Paris Académie Entreprises, Lydie Malach.
Retrouvez les discours d’inauguration de Julie Joly et Cédric Rouquette, Directrice et Directeur des études de l’École W, le live et les photos de l’évènement, ici.


Les étudiants W ont relevé le défi du « Mannequin Challenge »

capture-decran-2016-12-07-a-18-17-10

Tenir une pose figée et improbable tout en étant filmé, tel est la nature des Mannequin Challenge. Les W ont relevé le défi. Pour le fun, bien entendu. Mais aussi et surtout pour les compétences techniques et créatives auxquelles l’exercice les a exposés. Aidés par l’expérience de Portemire, l’agence de communication éditoriale et de contenus audiovisuels résidente à W, nos étudiants ont réalisé le leur. Découvrez les coulisses – très sérieuses – de cette aventure ici.

Si vous n’avez pas encore vu le résultat en vidéo, vous pouvez vous rattraper ci-dessous.


Les hébergés de l’École W.
Focus sur La Chance au Concours

etudiants-c72-2

L’École W c’est aussi une dizaine de start-up et associations hébergées sur le campus. Ce mois-ci nous vous présentons La Chance aux Concours, association à but non lucratif qui oeuvre pour la diversité sociale dans les médias en permettant à tous les jeunes d’avoir les mêmes chances de réussite que les élèves ayant les moyens de s’offrir une prépa. Elle a été créée en 2007 par d’anciens étudiants du CFJ et réalise un travail exceptionnel, dont l’école de journalisme se félicite à chaque concours.
Chaque année, près de 200 journalistes professionnels bénévoles préparent une quarantaine d’étudiants boursiers aux concours des écoles de journalisme. Ils informent aussi les jeunes qui le souhaitent sur les métiers des médias et le parcours à suivre pour devenir journaliste.
La Chance aux concours s’efforce, à sa manière, de rétablir une forme d’équilibre, en offrant le soutien de son réseau de professionnels à ses anciens élèves.


Quand les étudiants W « espionnent » puis traduisent ceux du CFJ 

img_4525-1

C’est le premier exemple de travail commun entre les promotions de W et du CFJ. Quand la direction de l’école W a proposé à trois étudiants d’assister, chaque matin, à la conférence de rédaction du quotidien réalisé par leurs aînés du CFJ, elle ne se doutait pas de ce qui l’attendait. Il a fallu pousser les murs et changer de salle pour accueillir, chaque jour au petit matin, une dizaine d’entre eux, attirés par les métiers du journalisme. Ces mêmes étudiants de W ne savaient pas qu’ils auraient à traduire en anglais et enrichir plusieurs de leurs articles dans le cadre de leur mission de clôture de trimestre.
Pour vous tenir au courant de l’actualité du CFJ, c’est ici.
capture-decran-2016-12-07-a-18-17-10

Plongée dans les coulisses du « Mannequin Challenge » de l’École W

Par | L'école | Aucun commentaire

Les étudiants de l’École W ont réalisé leur « Mannequin Challenge », un défi qui consiste à se filmer dans une position figée, parfois improbable. Ce projet, a été mené avec l’expérience de Portemire, agence de communication éditoriale et de production de contenus audiovisuels, résidente à W. Retour sur les coulisses de la vidéo.

 

La maquette pédagogique de l’école W comprend, une fois toutes les deux semaines environ, une journée dite « d’autonomie ». Cette journée permet aux étudiants de préparer leurs travaux à venir, et de réaliser leurs projets. Mais elle permet aussi à l’école de répondre à des opportunités proposées par des entreprises extérieures, à commencer par celles hébergées dans les locaux du 210 rue du Faubourg Saint-Antoine.
C’est ce qui s’est passé la semaine du 28 novembre avec Portemire, agence de communication éditoriale et de production de contenus audiovisuels, résidente à l’École W. « Ça faisait plusieurs semaines que je voyais passer des ‘Mannequin Challenge’, plus ou moins bien réussis nous explique Mathieu Michal, directeur général de Portemire. J’avais très envie d’essayer d’en réaliser un. Je me suis dit que ça pourrait être un beau projet pour les étudiants W, pour qu’ils comprennent tout le travail qu’il y a derrière un tournage et comment on peut mettre en place ce type de production vidéo ».

Les étudiants ont construit les différents tableaux

Mathieu Michal est venu présenter son projet à Julie Joly et Cédric Rouquette, directrice et directeur exécutif de l’École W. Ensemble, ils ont conçu la meilleure insertion possible dans le contexte pédagogique de l’école et ont travaillé sur les compétences qu’il permettrait de développer. « J’ai essayé de leur faire comprendre dans quel cadre on fait un mannequin challenge, pourquoi on le fait et quel intérêt ça avait pour l’école » précise Mathieu Michal. Comprendre qu’une vidéo demande d’être pensée en amont, surtout lorsqu’elle est tournée en plan séquence, a permis aux étudiants de travailler sur la conception de la mise en place d’une vidéo et sur la rigueur de sa réalisation.
Le projet n’était pas obligatoire. Les étudiants qui le souhaitaient ont pu construire les différents tableaux destinés à composer le plan séquence avant de commencer le tournage.
Il a fallu contourner quelques difficultés. Les étudiants n’étaient, par exemple, pas assez nombreux pour tenir toute la séquence de la vidéo. « La plupart des étudiants ont dû prendre deux fois la pose pour pouvoir réaliser l’ensemble des tableaux, nous précise Mathieu Michal. On a l’impression qu’il y a plus de soixante-dix personnes dans ce mannequin challenge alors qu’en fait il n’y en a que trente. Il y a eu aussi des petits détails techniques à régler. Savoir tenir la pose et ne pas regarder la caméra demande de la maîtrise ».

« Dans une maquette pédagogique classique, nous n’aurions pas eu le temps »

Est ensuite venue l’étape du montage, auquel quelques étudiants ont souhaité participer aux côtés de Portemire. Ils ont apporté leurs idées, ce qui, comme le dit Mathieu Michal, « n’est pas souvent le cas dans des écoles où les première année sont  généralement très bons pour effectuer ce qu’on leur demande mais n’osent pas forcément créer et imaginer ».
Le bilan de la réalisation de la vidéo ‘mannequin challenge’ s’est avéré très positif, tant pour l’équipe pédagogique que pour l’entreprise à l’initiative du projet et les étudiants. « Nous sommes heureux de voir qu’au bout de quelques semaines, nos intuitions se sont révélées plutôt intéressantes, explique Cédric Rouquette. Dans une maquette pédagogique classique, nous n’aurions pas eu le temps de réaliser ce ‘mannequin challenge’.» « Je suis heureux de voir que les étudiants étaient vraiment volontaires et engagés, enchaîne Mathieu Michal. Le projet était bien compris et bien partagé par tout le monde ».
Nous vous laissons découvrir ou redécouvrir le résultat de ce travail sur notre chaine Youtube en couleur ou noir et blanc, selon vos préférences. 
Version 2

Inauguration du 210, rue du Faubourg Saint-Antoine

Par | L'école | Aucun commentaire

Le 29 novembre 2016, nous avons eu le plaisir d’inaugurer le 210 rue du Faubourg Saint-Antoine, nouvelle adresse du CFJ et de l’École W.
A cette occasion, Julie Joly, directrice du CFJ et de l’École W, et Cédric Rouquette, directeur des études au CFJ et directeur exécutif de l’École W ont prononcé un discours enthousiaste sur l’identité de ce nouveau lieu.

Julie Joly, directrice du CFJ et de W :

« Vous êtes ici dans un écosystème… »

« Nous avons été très bien accueillis dans le 12e arrondissement, dès les premiers jours de notre installation. Pour le CFJ, ce n’est pas rien de quitter la rue du Louvre. Ce n’est pas rien non plus, pour W, de démarrer ici une nouvelle aventure. Enfin, ce n’est pas rien de quitter le 210 pour ceux qui y travaillent depuis vingt ans, notamment l’ISM qui nous a laissé la place pour rejoindre notre adresse historique au 35 rue du Louvre.
Nous sommes dans un moment très important pour nous. Il a fallu que nous fassions le choix d’un lieu qui s’adapte à notre pédagogie, à nos projets, à nos ambitions. Je voudrais d’abord remercier tous ceux qui ont rendu tout cela possible. Ceux qui ont suivi les travaux depuis leur démarrage se reconnaîtront. Ce n’était pas simple de construire avec nous cette histoire. Nous avons dû apprendre en marchant. Il a fallu également trouver des partenaires, des résidents, qui acceptent de partager cette aventure avec nous.
Vous êtes ici dans un écosystème qui réunit des étudiants journalistes, mais pas seulement. Ils ont en commun d’être passionnants et passionnés par les histoires et le récit. Vous avez aussi des intervenants qui sont tous des professionnels, et ce n’est pas le propre de toutes les écoles de réunir dans un même lieu des intervenants professionnels. Nous avons aussi la chance d’avoir des start-up qui ont choisi de faire l’aventure avec nous.
Nous avons pensé cette soirée comme une visite guidée, une inauguration certes, mais d’abord aussi une rencontre pour ceux qui connaissent moins bien l’école et ses projets. Nous sommes très heureux, encore une fois, de vous accueillir parmi nous. Je passe la parole à Cédric Rouquette, qui cumule ici trois casquettes, celle de directeur exécutif de W, celle de directeur des études du CFJ et surtout de créateur d’une entreprise, CReaFeed, qui est en résidence ici. Il va vous expliquer en quoi consiste notre pédagogie. »

 

img_1588

Cédric Rouquette, Directeur des Etudes W et CFJ
« On ne parle pas de devoirs, mais de projets »

« Je vais essayer d’être concret et de vous faire comprendre ce qui se passe ici. C’est bien beau de dire qu’on mène les choses avec une pédagogie différente mais il faut savoir le matérialiser dans la façon dont on parle de notre travail.
Ici, ce que vous allez voir ne sont pas des « cours » mais des « sessions ». La différence est assez simple. Quand on parle de cours, on n’est jamais très loin des cours qu’on a eu au collège, au lycée, qui possèdent des tas de vertus mais dont il faut sortir à un moment donné pour devenir un professionnel aguerri. Nous ne sommes jamais très loin non plus du cours magistral avec ce schéma du « sachant » qui délivre tout ce qu’il sait à un auditoire qui boit ses paroles. Ici, nous préférons parler de « sessions ». Une session, c’est un thème, une compétence autour de laquelle on se rassemble et on réalise des choses qui vont permettre aux étudiant de monter en compétences.
On ne parle pas non plus de « profs ». Professeur est un métier formidable, mais vous n’avez pas ici de profs à l’année, vous avez des « intervenants », qui sont professionnels dans leur domaine de compétences qui viennent partager un moment avec nos étudiants en prenant du temps, notamment parce que cela les intéresse de voir ce que les jeunes ont envie de devenir.
Nous parlons également beaucoup de « facilitateurs ». À l’École W nous pensons que les étudiants acquièrent des compétences en faisant, en répétant, en comprenant pourquoi ils font ce qu’ils font. Les professeurs ici sont des facilitateurs, ce sont des gens qui vont aider les jeunes à accéder à leurs compétences, à leurs savoir-faire et parfois à se découvrir eux-mêmes.
On ne parle pas de « corrections », on parle de « debriefs ». Une fois qu’un travail est terminé, l’idée est de se poser, de regarder, de noter tout ce qui a été réussi. Même dans les travaux très discutables il y a des choses qui ont été réussies, sur lesquelles on peut s’appuyer, que l’étudiant a besoin d’entendre. Et puis on va évaluer toutes les marges de progression possibles, parce qu’elles existent, même dans le travail le plus abouti et Dieu sait si j’en ai vu depuis que je suis ici. Il y a des choses dont il faut se souvenir pour mieux les réaliser la fois d’après.
On ne parle pas bien évidemment de « devoirs » ou de travail en tant que tel, on parle surtout de « projets ». Le terme projet implique d’être  ambitieux pour soi-même. On ne s’engage pas dans un travail parce que quelqu’un nous l’a demandé mais parce qu’on en a envie. Dans un projet, il y a également l’idée qu’on est accompagné. Tout seul, on ne peut pas grand chose, il y a forcément des étudiants, des intervenants ou des entreprises hébergées qui pourront aider les étudiants à réaliser leurs idées et les rendre très concrètes.
Je pourrais continuer comme ça longtemps.
Tout ça débouche quand même sur un diplôme. C’est un mot que nous conservons puisqu’il parle à tout le monde. Il est très opérationnel, il parle aux recruteurs, il parle aux parents, ils parlent aux étudiants et il nous parle à nous aussi. Mais plus qu’un diplôme, nous aspirons vraiment à la délivrance d’un label. Le label CFJ existe depuis longtemps, c’est une grande responsabilité que d’en pérenniser et mettre à jour la qualité. Le label W est une extension du label CFJ, mais il y a encore tout à créer. »

 

Découvrez la visite virtuelle de nos nouveaux locaux en vidéo ici et revivez l’inauguration via notre Facebook Live et en photos
En présence de la maire du 12e arrondissement, Catherine Baratti-Elbaz, de la conseillère régionale d’île-de-France, déléguée spéciale auprès de la présidente en charge des campus des métiers, Charlotte Barde, et de la directrice du CFA Paris Académie Entreprises, Lydie Malach.
14713656_699911826824720_3927240220280668283_n-1

Apprendre à s’informer « sans complexe ». La Culture Gé à l’École W

Par | L'école | Aucun commentaire

La culture générale est cet élément essentiel du bagage personnel que chacun acquiert tout au long de sa vie. À l’École W, elle fait l’objet d’un enseignement à part entière. Frédéric Béghin, Mentor W en culture générale, nous explique le projet.

La culture générale est une matière qui, habituellement, ne s’enseigne pas. Chacun se crée sa propre culture générale, tout au long de sa vie. Or, il est aujourd’hui devenu essentiel, notamment dans le domaine du numérique qui est un monde de savoirs spécialisés et multiples, de posséder une culture permettant de relier l’ensemble de ces savoirs. Cette culture permet de donner un sens à ce qu’on fait, d’une part personnellement, mais également collectivement dans une entreprise, une organisation ou une association.
À l’École W, nous cherchons avant tout à ce que nos étudiants apprennent à s’informer sans complexes. Sans en faire des spécialistes de tous les sujets, nous leur donnons les outils nécessaires pour aller chercher une information, y compris si c’est une information spécialisée, sans hésiter et sans avoir peur.
Nous leur apprenons également à savoir exercer un sens critique poussé envers une information donnée. Lorsque l’on s’informe ou se documente, il faut savoir évaluer sa source, sa pertinence, son honnêteté ou sa malhonnêteté. Il est donc indispensable de comprendre comment fonctionnent les donneurs d’avis, les individus qui possèdent le savoir ou la connaissance, afin de pouvoir exercer son sens critique à l’égard de n’importe quelle information.
img_1032-1

Frédéric Béghin, Mentor W en Culture générale.

Concrètement, à l’École W, nous n’enseignons pas la culture générale en cours magistraux, car ce n’est pas la culture de l’école. Nous cherchons au contraire à poser tous ces jalons par l’action, en mode projet, avec une consigne, un travail actif de chaque étudiant, puis un debrief, sous la forme d’exercices aussi ludiques que possible.
Ces exercices doivent permettre aux étudiants de prendre conscience, sur un domaine donné, comme la mondialisation, ou l’économie du partage, des grands repères chronologiques, des grandes données économiques, des acteurs importants, des enjeux passés et des enjeux du moment.  Les étudiants doivent également être capables de partager ce qu’ils ont appris et compris de leurs recherches, et de le restituer, dans un premier temps devant l’audience des camarades de sa promo, mais aussi, dans un futur proche, à un public de spécialistes ou un lectorat grand public.
Nous avons par exemple travaillé dernièrement sur l’influence qui est prêtée aux entreprises du numérique sur le résultat des élections récentes, que ce soit aux Etats-Unis avec les élections présidentielles ou en France avec les primaires. Le but était de donner aux étudiants W les clés essentielles pour comprendre d’où proviennent ces accusations, qui les émet, afin de chercher à savoir au bout du compte si elles sont fondées. Cela nécessite de prendre du recul, d’utiliser l’histoire, la réflexion philosophique ou toute autre discipline, afin de ne pas se contenter de ce qui semble de prime abord évident.
La culture Gé, à W, c’est aussi beaucoup de curiosité. Nous allons aborder en fin de cursus les progrès scientifiques. Je n’ai jamais fait d’études scientifiques. La plupart des étudiants n’auront jamais abordé ces thèmes. Mais nous allons quand même nous y intéresser de près et en tirer un bagage considérable.
Frédéric Béghin

La Newsletter W – Novembre 2016

Par | L'école | Aucun commentaire

Chaque mois, recevez la newsletter de l’École W. À découvrir ce mois-ci : notre présence ce week-end au Salon Européen de l’Éducation, la réouverture des Mercredi W, la présentation de l’écosystème de l’école, un focus sur l’agence Portemire et le colloque du collectif « Prenons la Une ».

 

Venez rencontrer l’École W au Salon Européen de l’Éducation
du 18 au 20 novembre 

img_1268
L’équipe pédagogique de l’École W et nos étudiants seront présents au Salon européen de l’Éducation du 18 au 20 novembre 2016.
Vous êtes intéressés par l’école, vous souhaitez en savoir plus sur le recrutement de la prochaine promotion, ou vous souhaitez simplement nous rencontrer ? Nous serons là pour répondre à l’ensemble de vos questions.
Rendez-vous du 18 au 20 novembre, Porte de Versailles à Paris 15ème, métro ou T3 Porte de Versailles, au Pavillon 7.2, stand C12.
Intéressé(e) ? Vous pouvez d’ores et déjà répondre à la fiche de renseignements ci-dessous.

 

Et vous, vous faites quoi le mercredi ? 

img_4244-1

À partir du 30 novembre, l’équipe de l’École W vous reçoit chaque semaine lors des « Mercredis W », entre 17h30 et 18h30.
Pour venir nous rencontrer et visiter l’école du 210 Rue du Faubourg Saint-Antoine (Paris, 12e), il vous suffit d’envoyer un e-mail à l’adresse contact@ecolew.com.
Indiquez quel mercredi vous souhaitez venir au 210 et l’équipe de direction se tiendra disponible pour répondre à vos questions et vous rencontrer à 17h30.

 

Visite virtuelle

Le 210 rue du Faubourg Saint-Antoine regroupe l’École W, le CFJ, et un espace de coworking pour les start-up et associations résidentes. Un véritable écosystème de travail et une belle communauté que nous vous invitons à découvrir dans cette vidéo.

 

 

Les hébergés de l’École W :
Focus sur Portemire

photo-mobile-benmath2

 

Portemire est une agence de communication éditoriale et de production de contenus audiovisuels sur-mesure.
À l’heure où l’essor du digital a transformé nos manières de communiquer, elle a pour ambition de mettre l’humain au coeur des stratégies de contenus et de développer les pratiques du journalisme mobile (Mojo) aussi bien dans les médias que pour les entreprises.
Fondée par deux journalistes-réalisateurs passionnés par la vidéo, Benjamin Gerard et Mathieu Michal, Portemire a fait le pari du réel et de l’intelligence collective pour raconter les vraies histoires, les engagements et les parcours qui jalonnent notre quotidien.

 

Colloque jeudi 17 novembre « Violences faites aux femmes :
quel traitement médiatique ? »

14907657_1221915344535594_4654194920151007527_n

Comment les journalistes traitent-ils les violences faites aux femmes ? Derrière ces centaines d’histoires, de « faits-divers » dans nos journaux, à la radio ou dans nos émissions de télévision, comment raconter les événements de la manière la plus juste ?
À l’occasion de la Journée internationale de lutte contre les violences faîtes aux femmes du 25 novembre 2016, le collectif « Prenons la Une » organise  le 17 novembre au sein de l’École W un colloque sur le traitement médiatique de ces violences.
Le collectif regroupe depuis 2014 une trentaine de femmes journalistes issues de rédactions de différents médias, et se mobilise depuis plusieurs années sur les questions de l’égalité homme-femme au travail.
Le colloque aura lieu au 210, rue du Faubourg Saint Antoine de 18h30 à 20h30. Les entrées sont gratuites, sur inscription ci-dessous.

 

Première mission accomplie par les étudiants W

Version 2

La scolarité des étudiants de W a démarré très très fort : durant leurs deux premières semaines ensemble, ils ont réalisé un audit le plus exhaustif possible de l’état des compétences et des métiers du contenu aujourd’hui.
Ils ont eu dix jours pour construire trois rapports sur le sujet – la stratégie éditoriale et le traitement de l’info, les nouveaux métiers, les soft skills recherchées par les recruteurs – en français et en anglais. Ils ont ensuite défendu ce travail à l’oral devant un jury de professionnels.
« Le but du jeu était de leur faire toucher du doigt ce qui les attend pendant trois ans, explique Cédric Rouquette, directeur exécutif de l’école. Qu’il s’agisse de méthode de travail ou de contenu, ils ont eu un avant-goût de ce qu’est l’école. La qualité de leur travail et de leur investissement a été remarquable. »
Le temps de corriger les dernières coquilles, et nous publierons ces travaux très bientôt.